Catégories
espace Technologie

L’Unité d’innovation de défense recherche des options commerciales pour déployer des satellites dans l’espace lointain

Le DoD est à la recherche d’un « accès réactif » à l’espace cislunaire

L’Unité d’innovation de la défense est à la recherche de propositions de services commerciaux pour déployer et exploiter des charges utiles dans l’espace extra-atmosphérique au-delà de l’orbite terrestre, une zone connue sous le nom d’espace cislunaire.

DIU, une agence du ministère de la Défense créée pour apporter une technologie commercialement développée dans les programmes militaires, cherche un « accès réactif » à la vaste région de l’espace qui commence en orbite terrestre géosynchrone et s’étend jusqu’au point de Lagrange Terre-Lune sur la face cachée de la Lune.

L’espace extra-atmosphérique au-delà de GEO « connaîtra un afflux rapide d’activités de sources nationales, internationales et commerciales au cours de cette décennie », a déclaré DIU dans une sollicitation du 7 décembre. « Alors que les États-Unis se préparent à retourner sur la Lune, la nécessité d’un accès réactif à cette région est absolument nécessaire. »

Le ministère de la Défense s’intéresse aux « solutions commerciales pour mettre en œuvre un accès réactif à xGEO et démontrer la livraison rapide et précise d’un véhicule spatial sur une orbite prédéterminée dans xGEO ».

Le nouveau projet de DIU sur l’espace cislunaire fait suite à l’attribution d’un contrat de 72 millions de dollars par le laboratoire de recherche de l’armée de l’air pour un vaisseau spatial expérimental destiné à surveiller la région xGEO.

Les dirigeants militaires américains ont averti que l’activité croissante dans l’espace cislunaire pourrait transformer cette région en un domaine contesté alors que les pays cherchent à accéder aux ressources lunaires et à délimiter des zones de juridiction. Les capteurs actuels utilisés par l’armée pour la connaissance du domaine spatial ont été conçus pour suivre les satellites en orbite terrestre, à des distances de 36 000 kilomètres ou plus, et non pour l’espace cislunaire qui s’étend sur 385 000 kilomètres et a différentes trajectoires orbitales.

DIU a déclaré que les entreprises qui soumissionnent pour ce projet peuvent s’attendre à de nombreux défis techniques. « L’infrastructure de communication est clairsemée, l’environnement de rayonnement est rude et la gravité de la lune et du soleil a des effets plus importants sur le maintien et les manœuvres de la station », a déclaré la sollicitation.

Les propositions doivent être soumises au plus tard le 21 décembre.

Le plan est de financer des satellites expérimentaux avec une série de charges utiles ou d’instruments pouvant fonctionner dans un ou plusieurs des cinq points de Lagrange Terre-Lune et orbites lunaires. DIU sollicite des propositions pour des systèmes qui peuvent être prototypés dans les 12 à 18 mois suivant l’attribution du contrat.

« Les méthodes de livraison peuvent inclure une combinaison de lancement terrestre et de logistique multi-orbite », a déclaré DIU.

Les satellites peuvent être n’importe où, des cubesats aux petits satellites de classe ESPA, et doivent avoir au moins une ou plusieurs charges utiles pour l’imagerie visible et infrarouge, le traitement d’image embarqué, la propulsion à haute impulsion, l’autonomie, la surveillance du rayonnement spatial et les communications.

Le DoD veut également explorer l’intégration de charges utiles commerciales et gouvernementales sur le même vaisseau spatial.

Une fois les propositions reçues, DIU pourrait recommander aux entreprises offrant des technologies complémentaires de travailler ensemble, bien que les fournisseurs puissent proposer leurs propres accords d’équipe.

Les entreprises sélectionnées recevront des contrats d’autres accords transactionnels (OTA) pour prototyper des systèmes et DIU a la possibilité d’attribuer des contrats de production ultérieurs « sans recourir à des procédures concurrentielles ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *